Indépendance


1991 Après la chute du régime de Menghistu en Éthiopie et les combats sanglants du 21 mai et la libération de Dekmhare, le 24 du même mois, les FPLE libèrent la ville d’Asmara, capitale de l’Érythrée. C’est la fin de la guerre. L’objectif ou le rêve (vision, rêve) du FPLE depuis sa formation, ne se limite pas à la libération du territoire érythréen mais vise en même temps à créer une Érythrée démocratique pacifique où règne la justice. Après la libération, le Front lui-même a confié à Isaias Afwerki la direction du gouvernement de transition. Une conférence de réconciliation sanctionne le droit de l’Érythrée à l’autonomie à exercer par le biais d’un référendum populaire. Le gouvernement provisoire est formé, qui déclare le programme de service national le 6 novembre. Avec la libération de l’Érythrée, la télévision nationale a commencé à fonctionner pour la première fois.

1992 Le 7 avril, la commission du référendum érythréen est décidée. En août, le premier festival commence à Asmara, après ceux organisés dans le siège temporaire de Bologne.

1993 Du 23 au 25 avril, le référendum populaire a lieu, sous l’égide de l’ONU, pour la proclamation de l’indépendance de l’Érythrée. 99,8% des votants sont favorables à l’indépendance. Le 24 mai, l’Érythrée est déclarée indépendante. Isaias Afewerki, est élu président de la République. Ainsi est né le cinquante-troisième État africain. L’Éthiopie et l’Érythrée signent un mémorandum d’accord intitulé «Accord d’amitié et de coopération» qui accorde (article 4) à l’Éthiopie l’utilisation d’Assab et de Massawa sous le régime du port franc et, par la suite, un nouveau protocole appelé «Protocole de Accord sur l’armonisation des politiques économiques « .

1994 La période de transition s’achève en 93 mais pour la transformation proprement dite il faut attendre encore un an, exactement jusqu’au 3e Congrès du Front qui se déroule à Nakfa en 1994, moment qui marque le véritable tournant politique en Erythrée. Dans ce congrès, le FPLE change de nom et d’un mouvement militaire se transforme en mouvement politique, avec le nom de PFDJ (Front populaire pour la justice démocratique), et approuve la Charte nationale. Le 3 mars, la commission constitutionnelle érythréenne a été créée. Le service militaire national obligatoire (formation Sawa) commence en juillet. Le 5 décembre, l’Érythrée rompt ses relations diplomatiques avec le Soudan.

1995Le 14 mai, à l’âge de 89 ans, l’un des personnages les plus importants du peuple érythréen est décédé, le dr. Weldeab Woldemariam. À l’été de la même année, le conflit territorial avec le Yémen pour les îles Hanish a commencé.

1996 Le 15 avril, l’Érythrée change les régions administratives de neuf à six régions.

1997 Le 23 mai, l’Assemblée constituante ratifie la Constitution. Le 8 novembre, la nouvelle monnaie érythréenne, la nakfa, est entrée en circulation pour la première fois de son histoire. Au cours de l’année, les relations diplomatiques avec le Yémen ont repris, interrompues par le conflit territorial pour les îles Hanish, qui s’est ensuite terminé diplomatiquement par arbitrage international.

1998L’Éthiopie envoie à plusieurs reprises des troupes à l’intérieur de la frontière érythréenne à Danakil sous prétexte de pourchasser les pillards afars. À la suite de protestations contre les violations croissantes des frontières par les citoyens des zones frontalières près de Badme, le gouvernement envoie une délégation dans ces endroits pour effectuer les contrôles appropriés. Les membres de la délégation sont massacrés par les troupes éthiopiennes et les Érythréens réagissent militairement en libérant les zones occupées illégalement par les Éthiopiens. L’Éthiopie, le 13 mai 1998, avec une déclaration du Parlement national, proclame l’état de guerre et déclenche un conflit territorial dans les régions érythréennes de Badme, Zalambessa et le long de la frontière de Danakil.

Les attaques se poursuivent en plein cœur de la ville, comme l’aéroport d’Asmara. Ce énième acte de guerre de l’Éthiopie contre l’Érythrée a pour but militaire la création du « grand Tigré », avec l’annexion de certaines parties de l’Érythrée, sans respecter les frontières reconnues par les Nations Unies et par l’OUA. aux attaques militaires aveugles sur le territoire érythréen et aux formes de discrimination raciale les plus odieuses, avec le nettoyage ethnique et les déportations des citoyens érythréens résidant en Éthiopie.

En raison de ce dernier conflit avec l’Éthiopie, Djibouti a rompu ses relations diplomatiques avec l’Érythrée le 16 novembre et, malgré les tentatives de médiation de l’Union africaine, de l’Europe et des États-Unis, le conflit se poursuit. Début de la médiation de l’Autorité intergouvernementale de développement, IGAD – Organisation de coopération régionale des pays de la Corne de l’Afrique. La médiation américaine commence. La sous-secrétaire d’État Susan Rice fait la navette entre Addis-Abeba et Asmara pendant cinq jours sans résultat. Les troupes érythréennes effectuent une pénétration profonde dans la partie de Badmè vers Macallè. L’Éthiopie masse des troupes le long de la frontière avec l’Érythrée. Le plan de paix élaboré par les USA et le Rwanda échoue.

Les Éthiopiens prolongent le front jusqu’au port d’Assab, point stratégique et débouché sur la mer. La réaction d’Asmara est immédiate: un raid aérien frappe la ville d’Adigrat. Un moratoire signé pour freiner l’escalade et interdire l’aviation. La saison des pluies commence et le conflit s’arrête.

1999Le 23 février, le régime éthiopien dirigé par le FPLT (Weanè) a lancé pour la deuxième fois une offensive à grande échelle, attaquant à nouveau la fortune du Mareb Setit et le port de Massawa. Les Éthiopiens attaquent Badmè également à l’aide d’hélicoptères et d’avions de guerre. Badmè est conquise, les Erythréens reculent de 10 kilomètres. Des MIG éthiopiens bombardent Adi Kajè et Mendeferà. Des MIG éthiopiens bombardent le port de Massaua puis l’aéroport d’Assab. La saison des pluies commence et le conflit s’arrête à nouveau. L’Union européenne nomme Rino Serri comme représentant spécial de la présidence européenne. En août, l’Érythrée déclare officiellement accepter la proposition de paix de l’unité africaine, mais l’Éthiopie refuse rapidement. Pendant leLes relations diplomatiques avec le Soudan ont repris en 1994 et se sont terminées en 1994.

2000 Les affrontements reprennent avec une violence sans précédent, après une série de tentatives de l’Érythrée pour une solution pacifique au conflit, systématiquement rejetées par l’Éthiopie. Les réunions indirectes tenues sous les auspices de l’OUA (Organisation de l’unité africaine) ont échoué à Alger le 5 mai. L’Ethiopie reprend les combats sur trois fronts: Badmè, Zalambessà et Bure, et l’ONU, avec la résolution 1297, ordonne la fin des combats dans les 72 heures. L’ONU avec la résolution 1298 décide l’embargo sur la vente d’armes aux deux pays.

Percée éthiopienne dans la ville de Barentù. Abandon érythréen de la ville d’Agordat pour concentrer la défense de la capitale dans des endroits plus défendables. La dévastation créée par l’avancée éthiopienne conduit à la mobilisation des Érythréens au pays et à l’étranger. Bombardements éthiopiens sur l’aéroport de Massaua. Dans cette troisième phase de l’offensive, le régime FPLT, dont l’objectif, cette fois, est d’envahir le territoire érythréen, en attaquant sur différents fronts, provoque le déplacement de milliers de personnes de leurs foyers, en particulier des femmes, des personnes âgées et des enfants, forcés dans des camps d’urgence ou de se réfugier de l’autre côté de la frontière dans des camps de réfugiés au Soudan.

De nombreux massacres ont lieu et des villes, des villages et des campagnes sont rasés. Le 30 mai, l’Érythrée décide de rouvrir le dialogue et accepte le retrait demandé par l’OAO et par Rino Serri, qui se rend à Addis-Abeba et à Asmara. L’Éthiopie est disposée à rouvrir le dialogue mais à ne pas arrêter les combats. Le 18 juin, l’accord de cessation des hostilités entre l’Éthiopie et l’Érythrée a été signé à Alger, qui établit le retrait des armées et la création d’une zone tampon de 25 km. Le 31 juin, l’ONU avec la résolution 1312 donne le coup d’envoi de la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) en trois phases entre juillet et novembre. Première phase 4 officiers, 2 à Addis-Abeba et 2 à Asmara, pour évaluer la faisabilité de la mission.

Deuxième phase 40 observateurs sont déployés dans les territoires de l’Érythrée et de l’Éthiopie. La troisième phase commence avec l’arrivée du quota de la MINUEE et la première remise en état des territoires minés. Après 30 mois de guerre, le traité de paix entre l’Érythrée et l’Éthiopie a été signé à Alger le 12 décembre , avec la médiation du président algérien Abdelaziz Bouteflika, en tant que représentant sortant de l’OUA, par Kofi Annan, secrétaire générale de l’ONU Madeleine Albright, secrétaire des États-Unis, Rino Serri, médiateur européen et sous-secrétaire italien aux affaires étrangères. Une commission établira les frontières entre les deux pays.

2001Plus de 4 000 soldats des Nations Unies et 220 observateurs surveillent plus de 1 000 km. frontière, dans la zone tampon, à l’intérieur du territoire érythréen. Début des travaux de la Commission des frontières de l’Érythrée et de l’Éthiopie pour définir les frontières.

2002 Le 13 avril, la Commission du tracé de la frontière entre l’Érythrée et l’Éthiopie met fin aux travaux. L’Erythrée accepte le verdict tandis que l’Ethiopie après un premier moment d’euphorie, au cours duquel les autorités convaincues que le verdict est tout à fait en leur faveur, annoncent avec des tonalités triomphalistes l’espoir que l’Erythrée souhaite exécuter rapidement la détermination, fait faire marche arrière et déclare qu’il ne veut pas accepter les résultats de la Commission de délimitation qu’il juge insatisfaisants.

2003Les troupes de l’ONU sont toujours présentes. L’Éthiopie ne retire pas ses troupes de la frontière avec l’Érythrée ou des territoires qui sont définitivement sous souveraineté érythréenne selon le verdict définitif et immuable de la Commission des frontières. Le Conseil de sécurité des Nations Unies ne prend aucune mesure contre l’Éthiopie et n’applique pas le système du pacte d’Alger qui prévoit des sanctions pour la partie défaillante.

2004
2005 L’ Érythrée impose des restrictions au mouvement d’Unmee. Le Conseil de sécurité des Nations Unies publie la résolution 1640 qui met en évidence les restrictions érythréennes aux mouvements de la MINUEE du refus historique de l’Éthiopie d’adhérer au verdict de la Commission du tracé de la frontière.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]